Pourquoi Israël maintient-il le blocus sur la Bande de Gaza ?

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un véritable blocus ? Prenons l’exemple de l’Égypte qui avait effectué un véritable blocus envers Israël sur son seul passage maritime en Mer Rouge: le détroit de Tiran. En 1967, la guerre des Six Jours voit Israël s’opposer à la Syrie et à l’Égypte suite au blocus imposé par la colonel Nasser sur ce détroit. Il s’agissait d’un véritable blocus. L’accent est mis sur le mot véritable car l’Égypte n’entendait laisser passer aucun bateau israélien ou à destination d’Eilat (seule ville et port israélien donnant sur la Mer Rouge). Que ce soit une cargaison humanitaire ou commerciale, Nasser était formel: « rien ne passera », déclenchant un blocus naval et aérien contre Israël. Expédiant les observateurs internationaux hors d’Égypte, le casus belli est déclaré: c’est la défaite la plus rude des armées arabes, et (donc ?) la plus lourde de conséquences pour les générations futures.

Après avoir bien cerné la définition d’un blocus (véritable), parlons du blocus israélien sur la Bande de Gaza. Premièrement, il faut bien comprendre que le blocus est plus Égyptien qu’israélien: en effet, des transactions s’effectuent entre palestiniens et israéliens malgré le (faux) blocus israélien. De fait, le blocus israélien n’en est donc pas un vrai sur ce point. Malgré des fermetures hermétiques très épisodiques, Israël fournit aux gazaouis de l’électricité, de l’essence, de la nourriture et parfois des aides médicales, le tout payé par le contribuable israélien. Qu’en est-il de l’Égypte ? Tous accusent Israel de pratiquer un (faux) blocus dans cette « prison à ciel ouvert » comme aiment à le rappeler nombreux observateurs qui ne comprennent pas qu’une prison à 1 mur n’existe pas: en effet, le seul mur est du coté Égyptien, que le gouvernement n’entend pas bouger d’un iota sur ce risque (terroriste) que représente l’ouverture de cette frontière (Rafah). En plus de ce (véritable) blocus de l’Égypte, des considérations de politique intérieur confirment cette position: le bras armés des Frères Musulmans en Palestine (le Hamas) et les Frères Musulmans en Égypte sont, comme leurs noms l’indiquent, intimement liés. Le pouvoir égyptien ne veut pas voir ces groupes qui prennent de plus en plus d’ampleur nuire à leurs intérêts, notamment le tourisme, la liberté et le commerce.

Deuxièmement, le blocus du coté israélien, même il tient son appellation plus de la croyance collective que de la réalité, est justifié officiellement par le fait que la Bande de Gaza est gouvernée par un groupe terroriste responsable de centaines de morts israéliens, en territoire israélien. Cela dit, un mort « colon » n’est-il pas identique à un mort en « israélien » ou humain tout simplement? Bien que le terme de colon soit inexact, nous l’employons ici afin que le lecteur puisse comprendre le raisonnement.

Troisièmement, et dernièrement, un flot de questions émerge de ces faits. Pourquoi l’Égypte n’est pas autant condamné qu’Israël si ce n’est plus puisque l’un (l’Égypte) pratique un véritable blocus tandis que l’autre (Israël) pratique un véritable « non-blocus » ? Pourquoi toute l’attention est-elle focalisée sur un blocus qui, même si il est total, est justifié par 21 ans de terreur du Hamas (Fatah, FPLP, Azzedine El-Kassam, Djihad Islamique) sur des civils israéliens alors que mis à part des considérations de politique intérieure, rien ne justifie, apparemment, le blocus égyptien ? Pourquoi condamner Israël pour cette mascarade de « prison à ciel ouvert » alors que le geôlier n’est autre qu’égyptien ? Enfin, comment concevoir ce terme de « blocus israélien » en regardant chaque jours des centaines voire des milliers de camions d’aide humanitaire se diriger vers la Bande de Gaza par Israël (alors que rien ne traverse Rafah), en sus des mesures gouvernementales issues du contribuable israélien ?

En conclusion, comment un état comme Israël, cet état « sioniste et nazi« , comme aiment à le rappeler certains commentateurs « modérés », fait-il pour soigner ses victimes et les victimes du Hamas, civils ou terroristes, lorsque ses équipes médicales en ont la possibilité sur le terrain ? Comment cet « Israël assassin », cité dans toutes les capitales européennes ayant vu flotté les drapeaux terroristes du Hamas et du Hezbollah, fait-il pour répondre au boycott international sans boycotter ceux qui transforment la vie d’un million et demi d’israéliens en 8 années de cauchemar ?

1 comment for “Pourquoi Israël maintient-il le blocus sur la Bande de Gaza ?

  1. Ishak
    28 janvier 2009 at 10 h 14 min

    Oui, vous avez raison sur plusieurs faits, mais vous ne reflétez pas tout à fait la réalité: le palestinien qu’il soit à Gaza ou en Cisjordanie est mieux nourrit, bien habillé, mieux éduqué que des millions d’arabes voisins (votre assertion n’est ni argumentée, ni fondée et donc encore moins prouvée. Les arabes égyptiens, Jordaniens et Libanais sont bien mieux lotis que les arabes vivant en Palestine, ndlr). Et cela bien sur grâce aux dons humanitaires dont ils sont devenue accrocs (et qui sont surtout détournés par les mouvances terroristes à des fin non moins humanitaires, ndlr).

    Mais tous cela ne peut servir à rien si le palestinien n’est pas libre dans son propre pays (il n’y a pas de pays à proprement parlé (alors qu’il y aurait pu en avoir un en 1948 si les pays arabes avaient accepté le plan de partage de l’ONU), il n’y a pour l’instant qu’une « autorité » qui a été évincé et génocidé par la force: cf. les divers témoignages (vidéos) de militants du Fatah à propos des actes de barbarie commis par le Hamas, ndlr).

    Le blocus Égyptien est en réalité Israélien car le gouvernement Égyptien défend plus ses engagements avec Israël que les intérêts de sa population puisqu’il n’est pas élu (donc illégitime). (Ce qui est insensé par construction, puisque cette phrase signifie qu’Israël, de par le fait de son régime (démocratique), est le seul de la région à prendre soin de ses civils. Le régime égyptien, ou le régime Jordanien, malgré qu’ils soient pratiquement assimilés à des royaumes, se souci de ses habitants, et c’est justement pour cela que les égyptien ne veulent pas, ni du Hamas (bras armé des Frères Musulmans en Palestine), ni des Frères Musulman en Égypte et dans la région, afin de ne pas nuire à leurs intérêts touristiques notamment, et surtout à la stabilité de leurs pays, ce qui serait évidement nuisible au bonheur de la population toute entière, ndlr)

    Personnellement, je respecte la démocratie d’Israël, je respecte aussi son désir d’exister et de se défendre. Mais je crois que cet État fait des erreurs graves en refusant de trouver une solution qui respecte l’existence même des palestiniens (Israël a tenté, à maintes reprises, des actes de paix, tels que le retrait du Liban Sud, le retrait de la Bande de Gaza ou la mise en place d’une Autorité Palestinienne: tout cela a débouché sur une montée de l’extrémisme. Pensez vous réellement que seul Israël est en cause ? Le seul désir des habitants israéliens, comme d’une partie des palestiniens (les moins extrémistes) est de vivre en paix, mais dans une paix juste et durable. Dire qu’Israël a refusé de trouver une solution est donc faux (du moins de par les exemples précédemment cités) et surtout incomparable avec la volonté palestinienne qui favorise la haine dès l’enfance et infecte les générations futures d’une idéologie dévastatrice. Il faut arrêter cela, respecter l’enfance et surtout le Coran, qui n’entant pas glorifier dieu dans la haine ou la mort, pour peu que l’on croit en dieu, ndlr). Israël peut le faire aujourd’hui, au moment ou ses voisins sont mois forts (c’est Israël qui doit avoir l’initiative avec toute modestie et accepter les frontières de 68). (Mais c’est le monde arabe qui doit accepter non seulement le refus qu’ils ont prononcé du plan de partage de l’ONU de 1948 et surtout leur défaite aprés leur(s) guerre(s) ratée(s) qui n’avait autre objectif que d’éradiquer completement Israël de la carte. En toute modestie donc, ce sont les pays arabes qui doivent s’impliquer beaucoup plus dans la résolution de ce conflit. Et avec des pays comme la Syrie, l’Iran et de leurs satellites Hezbollah et Hamas, ce n’est pas gagné. Mais les responsabilités ne sont pas exclusives à Israël, elles sont évidemment collectives, et lorsque ces pays arabes prendront la mesure de la menace islamiste, les responsabilités collectives referons surface et entraineront des actes, comme le fait actuellement l’Egypte ou encore la Jordanie (qui prend la mesure de la montée de l’idéologie des Frères Musulmans dans leur pays), ndlr)

    Autrement les donnés peuvent changer dans l’avenir même lointain, et ma foie l’age des pays se compte en siècles, non pas en années. Et merci à vous !

    (Vraisemblablement, vous n’êtes pas familier de l’histoire du XXème siècle et du mouvement que l’on appelle la Décolonisation et qui a créé des dizaines d’États-Nations, ce qui est une idée moderne, issus des empires coloniaux occidentaux, depuis l’Inde et le Pakistan (1947) pour l’empire britannique, jusqu’à l’Algérie (1962) pour la France, en passant par la Jordanie (1946) et par Israël (1948). Nous vous conseillons de lire le chapitre Décolonisation du célèbre livre d’Histoire d’Eric Hawbsbawm: « Histoire du court XXème siècle, ndlr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *