L’Autorité Palestinienne doit dédommager la famille Unger

Un tribunal américain a décrété jeudi soir que l’Autorité Palestinienne (AP) devait dédommager les enfants de Yaron et Efrat Unger, qui ont été assassinés dans une attaque terroriste en 1996. D’après la cour, l’ancien chef de l’AP, Yasser Arafat (Prix Nobel de la Paix), portait l’entière responsabilité des attaques meurtrières perpétrées contre des Israéliens (preuves à l’appui).

La cour a décrété que les enfants du couple devaient recevoir les 116 millions de dollars de dommages et intérêts imposés à l’AP par un précédent tribunal.

Yaron, 26 ans, et Efrat, 25 ans, ont été tués dans un attentat à l’arme automatique perpétré par des terroristes de l’AP alors qu’ils circulaient près de Beit Shemesh, au sud ouest de Jérusalem et à l’ouest du Goush Etsion. Leur bébé qui se trouvait aussi dans la voiture a survécu à l’attaque.

Les deux enfants du couple, Dvir et Yishaï, avaient respectivement deux ans et neuf mois lorsque leurs parents ont été assassinés.

Yaron détenait la nationalité américaine, ce qui a permis à la famille de demander des dédommagements pour le meurtre. Dvir et Yishaï, aidés de leur famille, ont entamé il y a cinq ans un procès contre les responsables de l’attentat, à savoir l’AP, en vertu de la loi anti-terroriste de 1991 – autorisant les Américains victimes d’actes terroristes à l’étranger de porter plainte dans une Cour américaine.

Le 31 mars 2004, une cour de justice de New York avait condamné l’AP à dédommager la famille Unger de 116 millions de dollars. L’AP avait alors fait un premier appel le 13 juillet 2004, lequel avait été repoussé. Cependant l’AP a continué à faire appel en affirmant ne pas être responsable de l’attaque, perpétrée par un membre du Hamas et non par le Fatah dirigé par Arafat. La famille Unger a répliqué que l’AP avait fourni un havre sûr et une base opérationnelle aux terroristes du Hamas responsables de la mort du couple.

Le juge Ronald Lagueux a affirmé que l’AP avait intentionnellement décidé de laisser agir le Hamas et qu’elle devait maintenant accepter les conséquences des décisions d’Arafat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *