Une solution à deux états pour deux peuples

Le député Arieh Eldad aurait causé mardi un mini-incident diplomatique, si l’on en croit la presse israélienne, en affirmant depuis la tribune de la Knesset que “la Jordanie était le véritable État palestinien”. Il a même proposé un débat sur la question avec pour thème: “Deux États pour deux peuples des deux côtés du Jourdain”.

Ses propos ont été très mal accueillis en Jordanie, à tel point que l’ambassadeur d’Israël à Amman Yaakov Rosen a été convoqué par le ministère jordanien des Affaires étrangères pour des éclaircissements. Sur place, il a eu droit aux protestations véhémentes du chef de la diplomatie jordanienne, Nasser Judeh.

Ce dernier a déclaré au diplomate israélien qu’il dénonçait avec vigueur “les débats qui se tenaient à la Knesset sur une telle proposition”. Il a ajouté que son pays approuvait la solution de “deux Etats pour deux peuples” tout en soulignant que “l’État palestinien” devait prendre naissance sur “le territoire national des Palestiniens”, conformément à l’initiative de paix des pays arabes. Il a encore estimé que “la création d’un Etat palestinien indépendant aux côtés d’Israël constituait un intérêt stratégique suprême pour la Jordanie”.

Eldad a maintenu ce mercredi sa proposition, repoussant les critiques des Jordaniens. Il a précisé que son idée n’était pas nouvelle. Et de rappeler: “On l’a déjà évoquée à l’époque de Yigal Alon, Arik Sharon, Rehavam Zeevi et d’autres encore”. Il a encore expliqué: “En disant que la Jordanie est l’État palestinien, on ne fait que souligner un fait historique que personne ne peut contester”. Il a encore indiqué que “le royaume hachémite n’était qu’une création du colonialisme britannique”.

Par ailleurs, le député Eldad a affirmé que “70 % des citoyens jordaniens étaient des Palestiniens qui avaient obtenu la nationalité et le droit de vote”. Il a encore ajouté: “Les Palestiniens de Judée-Samarie pourront choisir : soit devenir des citoyens jordaniens et voter pour le parlement à Amman, soit rester des résidents de Judée-Samarie sans nationalité et sans droit de vote à la Knesset, de la même façon qu’il existe aux États-Unis 30 millions de personnes possédant la Green Card et ne pouvant pas voter pour le Congrès”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *