Appel aux « promeneurs du samedi »

Je voudrais aller manifester samedi prochain, mais je ne trouve personne qui accepte de venir avec moi. Oui ! Je souhaite marcher entre la place de la République et Nation pour scander mon soutien aux Ouighours, vous savez ces musulmans qu’on assassine en Chine dans l’indifférence collective, mais voilà, comme je le disais dans un précédent papier écrit lors de la guerre sur Gaza, tant que ce ne sont pas des Palestiniens qui meurent et tant que sous l’uniforme il n’y a pas de Juifs, les associations musulmanes, les membres du centre Zahra, ces antisémites qui se drapent derrière « l’antisionisme », l’UOIF, les salafistes, le CFCM, Dieudonnée et ses amis, Marie-Georges Buffet, Olivier Besancenot, Jean-Luc Mélenchon et tutti quanti ne sont guère gênés par le sort de ces musulmans bridés que le pouvoir de Pékin écrase.

Personne ne parle « d’importation du conflit » et au ministère de l’Intérieur, aucun responsable n’a jugé utile de réunir imams et moines bouddhistes pour leur suggérer de calmer les esprits. Aucun fou furieux – et heureusement – ne songe jeter des cocktails Molotov sur les temples du 13e arrondissement, aucun étendard, signifiant que l’étoile communiste serait identique à la croix gammée, n’est brandi, aucune trace de militants du Hamas ou du Hezbollah, pas un seul drapeau chinois n’est brûlé sur la place publique, aucun excité ne crie « Chine Assassin ! », aucun débordement n’est prévu en cette saison estivale, les cinglés préfèrent sévir en hiver, lorsque « l’opprimé » a pour dénomination le Hamas et quand « l’oppresseur » répond au nom d’Israël. Le monde entier est silencieux et le monde musulman l’est encore davantage. Je trouve cela franchement bizarre !

Al-Jazira, la chaîne satellitaire, très prompte pourtant à défendre les Arabes, l’islam et les musulmans n’interrompe plus ses programmes, ses envoyés spéciaux et ses correspondants à Pékin sont probablement en vacances. Cet illuminé d’Al-Qaradhaoui a une gastro-entérite et il n’a pas le temps de promulguer une « fatwa » ni une « journée de la colère » pour protester contre les agissements du régime chinois. Les chefs d’États arabes ont dû emmener leurs enfants en colonie et les cheikhs de la conférence islamique ne semblent pas disposés à convoquer une réunion d’urgence en cette période de canicule. Aucune banlieue ne risque de s’enflammer – et c’est tant mieux – et aucune capitale arabe ne va sonner le tocsin pour qu’à la sortie de la prière du vendredi, des hordes, les yeux exorbités, se dirigent vers les représentations diplomatiques occidentales aux cris d’Allah Akbar. En Iran, Ahmadinedjad n’a pas eu le temps, avec tous les problèmes qu’il a à gérer, d’envoyer ses sbires jeter des œufs sur l’ambassade de Chine, bref, c’est le calme plat et c’est un calme qui, je l’avoue, me dérange. Il est dérangeant parce qu’il montre à quel point la « compassion » exprimée l’hiver dernier n’était pas sincère, elle n’était pas le résultat de bons sentiments, mais d’une mauvaise idéologie.

L’armée chinoise est donc rassurée. Elle peut continuer à sévir. Personne ne viendra bouleverser ses plans et les massacres à huis clos qu’elle ne cesse de perpétrer peuvent durer. Le monde musulman est sur répondeur. On y trouve le message suivant quand on appelle les mollahs et autres cheikhs : « Nous sommes actuellement en vacances, si vous nous appelez pour les Ouïghours, envoyer nous un email et nous étudierons la question, mais en cas d’attaque israélienne sur un pays musulman, contactez notre cellule de permanence, nous réagirons immédiatement ».

Pourtant, là-bas, aux confins de la Chine, des femmes et des enfants meurent aussi. Comme à Gaza il y a six mois. Et d’ailleurs, on ne connaît même pas le bilan exact. Oussama Ben Laden ne tient pas à se mêler de cette affaire non plus, que les propagandistes de Pékin décrivent comme « sino-chinoise ». Ah ! Puisque c’est entre Chinois, je comprends mieux qu’on ne daigne pas s’ingérer. Les Israéliens n’ont pas eu ce tact de nous préciser que la guerre de Gaza concernait exclusivement les proche-orientaux. S’ils avaient eu l’intelligence de le mentionner, personne ne serait sorti manifester en janvier dernier, même pas Besancenot, Buffet et Mélenchon. Enfin, je préfère avoir la fausse naïveté de croire qu’on ne proteste pas uniquement lorsqu’il s’agit du conflit israélo-palestinien…

Je ne désespère pas. Je pense que d’ici samedi prochain, je trouverai bien des volontaires prêts à venir marcher avec moi. Je contacterai Besancenot, Buffet et Mélenchon pour les inviter à me rejoindre. Et dès le lendemain de cette marche qui va, j’en suis convaincu, réunir plus de 30.000 personnes selon la police ; et 100.000 d’après les organisateurs (c’est-à-dire moi, Besancenot et cie), je m’empresserai à appeler au boycott des produits chinois. Avec mes camarades, je compte d’ailleurs faire une descente dans l’une des grandes surfaces du 9-3 et inciter les gens à ne plus consommer ces saloperies importées de Chine…

Bonne vacances, chers « promeneurs du samedi »… Enfin promeneurs des samedis hivernaux seulement !

1 comment for “Appel aux « promeneurs du samedi »

  1. Luke
    25 août 2009 at 11 h 20 min

    Article tout simplement excellent qui nous rappelle à quelle point l’hypocrisie des « indignés pro-palestiniens » est grande.

    A méditer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *