Nigeria : 42 morts dans des heurts police/secte pro-taliban

Des affrontements dimanche entre la police et des membres d’une secte islamiste radicale qui se réclame des talibans ont fait 42 morts dans le nord du Nigeria, a-t-on appris de source hospitalière.

Des journalistes locaux sur place ont fait état d’une trentaine de morts tandis qu’un porte-parole de la police avait indiqué plus tôt dimanche que cinq membres de la secte « Taliban » avaient été tués.

« Nous avons reçu au total 42 corps. Dans un premier temps nous en avions reçu neuf. Quelques heures plus tard, nous en avons reçu encore 33 », a indiqué à l’AFP Awwal Isa, un infirmier au Bauchi Specialist Hospital, dans la ville de Bauchi (nord) où les affrontements ont eu lieu.

Joint par téléphone, l’infirmier a précisé qu’il s’agissait essentiellement des dépouilles de membres de la secte, tués dans « des combats entre les forces de sécurité et des membres des Taliban ».

Les cadavres ont été déposés à la morgue de l’hôpital, a ajouté Awwal Isa.

Un porte-parole de la police de Bauchi, Mohammed Barau, avait indiqué plus tôt que cinq membres de la secte avaient été tués.

Selon lui, environ 35 « talibans » prévoyaient d’attaquer dimanche matin un poste de police situé dans les environs de Bauchi, à Dutsen Tenshin, pour y voler des armes et des munitions.

« Nos hommes ont réussi à repousser cette attaque des Taliban et ont tué cinq membres du groupe lors d’échanges de tirs », avait-il déclaré à l’AFP, ajoutant que la police était à la recherche d’autres membres du groupe ayant pris la fuite.

La police a convoqué une conférence de presse à 14H00 locales (13H00 GMT), se refusant à faire des commentaires dans l’immédiat sur le bilan des affrontements.

Des journalistes locaux sur place, joints au téléphone par l’AFP, ont fait état d’une trentaine de morts.

La police et l’armée, selon eux, ont lancé une offensive contre une mosquée des Taliban à Dutsen Tenshin et contre un de leurs repaires en périphérie de Bauchi, à Fadamar-Mada.

Les « Taliban » sont apparus au Nigeria en 2004. Ils ont établi leur base dans le village de Kanamma, dans l’État de Yobe (nord-est) frontalier avec le Niger.

La secte, composée essentiellement d’étudiants qui ont abandonné leurs études, a déjà dans le passé lancé des attaques contre des postes de police.

A l’instar des membres de l’ancien régime taliban en Afghanistan, ils veulent instaurer un État « islamique pur » dans le nord du Nigeria.

Le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique avec environ 140 millions d’habitants. Sa moitié nord est essentiellement musulmane tandis que le sud est majoritairement chrétien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *