Scoop Objectivité.org: le Lycée Français de Jérusalem contre Yom HaZikaron et Yom Hashoah

Entre antisionisme et révisionnisme, le Lycée Français de Jérusalem, connu notamment par de nombreux juifs français désirant poursuivre une formation au lycée à la Française tout en faisant son alya (montée) en Israël, se démarque un peu plus de ses élèves.

En effet, nous avons été choqués d’apprendre que les professeurs du Lycée Français de Jérusalem, qui plus est juifs à 80%, ont reçu la veille au soir de Yom HaZikaron et Yom Hashoah, un email de la part du proviseur (Stéphane Le Tortorec), donc avec l’assentiment du Consulat Général de France à Jérusalem, de ne pas respecter la minute de silence pour Yom Hashoah (יום הזיכרון לחללי מערכות ישראל ולנפגעי פעולות האיבה), et bien sûr il en fut de même pour Yom HaZikaron (יום הזיכרון לשואה ולגבורה).

Et les professeurs ont obéi aux ordres: ils se sont peut-être discrètement éclipsés mais ont laissé les non-juifs faire le bazar en classe…

Pire, certains étudiants ont trouvé bon de faire le salut Nazi durant la minute de silence, lorsque les sirènes ont retentie. (deux élèves non-juifs).

Dans ces conditions, demain, la Shoah recommence !

Stéphane Le Tortorec, proviseur du Lycée Français de Jérusalem

Stéphane Le Tortorec

Les parents, généralement d’origine française, qui placent leurs enfants dans cet établissement, souhaitent une normalisation et une cohérence des mœurs du Lycée Français de Jérusalem avec la majorité des élèves à savoir le respect de la Shoah et des morts de l’État d’Israël, ou du moins d’une minute de commémoration.

Aussi, Objectivite.org serait curieux d’observer le comportement du proviseur et des professeurs de lycées français en pays musulmans lors de leurs commémorations.

Enfin, les dirigeants, tant en France qu’en Israël, de ce Lycée Français de Jérusalem, se doivent de réagir et avant tout de formuler des excuses au peuple juif et à son état, démocratie tolérant l’intolérable.

Note importante: il y à deux Lycée Français de Jérusalem, et notre article ne parle que du Lycée Français consulaire de Jérusalem. L’autre Lycée Français de Jérusalem, Havat Hanoar, s’est comporté de manière exemplaire.