L’Autorité Palestinienne récompense grassement ses terroristes

L’Autorité Palestinienne a révélé dimanche qu’elle récompenserait les terroristes du Fatah et du Hamas par des « salaires » élevés fixés en fonction de la gravité de l’attaque perpétrée contre Israël et des peines de réclusion qui leur ont été infligées.

Notons que la majorité des fonds dont dispose l’Autorité Palestinienne proviennent des pays de l’Union européenne. En outre, en décembre pour la première fois dans leur histoire, les États-Unis ont décidé d’inclure l’Autorité Palestinienne dans le cadre de l’accord d’aide aux pays étrangers, lui promettant un don de 500 millions de shekels. 20 % de cet argent est destiné à financer l’entraînement de la nouvelle armée de l’Autorité Palestinienne, sous la supervision et avec l’aide du général américain Keith Dayton.

L’aide financière américaine dépend toutefois des dispositions de l’Autorité Palestinienne qui doit reconnaître Israël, renoncer à la violence et respecter les anciens accords signés avec Israël. Dans le cadre de ces exigences, qui sont celles du Quartette pour le Proche-Orient, l’Autorité Palestinienne est priée de combattre le harcèlement antisémite et antisioniste.

Le responsables des Prisonniers du cabinet palestinien a confié à l’agence de presse Ma’an, basée à Bethlehem, qu’il distribuait trois millions de shekels d’allocations aux prisonniers et à leurs familles. Le ministre a vivement rejeté les plaintes des terroristes du Hamas qui prétendaient ne pas recevoir cette « paie » pour services rendus à la nation palestinienne.

L’allocation mensuelle est de 1 000 shekels, mais elle peut atteindre quatre fois cette somme (plus de 1 000 dollars), pour les terroristes qui ont purgé plus de 25 ans de prison pour des attaques plus graves contre des Israéliens.

En outre, les terroristes libérés par Israël reçoivent une prime de 1 200 à 2 000 shekels par mois pendant six mois, s’ils ont purgé une peine d’au moins cinq ans de prison. L’ensemble de ces paiements pour le temps passé en prison peut donc s’élever à plus de 10 000 $, financée par l’Europe et bientôt les États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *