Hamas ou le cynisme suicidaire du sacrifice

Par Bassam Accaoui, de شفاف الشرق الأوسط.

Khaled Michaal est très satisfait de son « exploit » ! L’odeur de la mort couvre Gaza et se confond avec une « Victoire » grandiose et inéluctable sur Israël, qui a « échoué » sur tous les fronts. Michaal rejette la décision du conseil de sécurité (1860) concernant l’arrêt de la guerre, cette même décision qui a été prise sous la pression des pays arabes pour mettre fin au désastre meurtrier et affligeant de la population gazaouite. Le nombre de morts n’a pas encore atteint un record !

Hamas (et avant lui le Hizbollah) est toujours tenté par un désir profondément suicidaire de tester la réaction d’Israël, afin de pouvoir lancer dans les rues des « masses populaires » de plus en plus fanatisées et « islamisées ». De Kaboul à Rabat et Nouakchot (la liste est très longue), sans oublier les dizaines de milliers de manifestants de Khartoum qui n’ont pas trouvé auparavant une opportunité « convenable » pour dénoncer la guerre civile qui a déchiré leur pays entre le nord arabo-musulman et le sud afro-animisto-chrétien pendant 40 ans, ni pour protester contre les horreurs de la guerre interminable du Darfour (plus de deux millions de déplacés et trois cent mille morts officiellement) !

Il s’agit en effet, et avant tout, d’une victoire « idéologique ». Le but est déjà largement atteint. C’est le monde selon Michaal (et le Hamas) et tant pis pour les habitants de Gaza, qui ont eu un jour le désir de dénoncer les abus luxueux des dirigeants du Fatah (dans une zone sinistrée) en votant majoritairement pour le Hamas. La destruction de Gaza n’était pas clairement mentionnée dans son programme électorale de l’époque !

Cette guerre était déjà inscrite dans le processus de la « logique » suicidaire du coup d’état à Gaza en 2007. Le Hamas chasse le Fatah de Gaza (des fois par les fenêtres !), et s’isole entre la mer (plutôt sous contrôle israélien), Israël (l’ennemi juré), et l’Égypte (accusée de tous les maux, et appuyée par l’Arabie saoudite), sans oublier la Jordanie d’à côté et qui fait partie intégrante de l’axe Égypto-saoudienne anti-chiite (donc anti–Iran), avec un million et demi d’habitants très pauvres (une partie de la population reçoit sa nourriture de l’UNRWA) sur les bras et sur une terre minuscule, exsangue et sous blocus égyptien (après le coup d’état du Hamas). Le Hamas rompt la trêve, déclare ouvertement la guerre des missiles à Israël, malgré les conseils égyptiens. (Et cela ouvertement car ces missiles tombent « non-ouvertement » aveuglement sur les civils israéliens depuis plus de 8 ans, ndlr)

Quelle mouche a piqué le Hamas pour sacrifier « son » peuple sur l’autel des représailles israéliennes ? Parions sur la « mouche » (à deux étages !) syro-iranienne qui cherche à tout prix à négocier avec Obama, la première sur le Liban et le deuxième sur le golfe arabo-persique ! Et la cause Palestinienne ne va pas s’approcher d’un iota d’une solution-compromis virtuelle. Gaza va droit dans le mur à une vitesse épouvantable. Ajoutons aussi qu’Israël a tout fait, de son côté, pour arriver à l’impasse actuelle en sapant tout effort de la part des autorités palestiniennes vers la paix en se basant sur les attentats perpétrés par Hamas contre sa population civile (et surtout en se basant sur le fait que cela fait 8 ans que les roquettes tombent aveuglement sur des civils israéliens (au mépris du droit international et des médias du monde entier) alors qu’ils se sont désengagés: eux ont fait donc de lourdes concessions pour le Peuple Palestinien, ndlr).

Tous les éléments d’un massacre avec l’utilisation de la folie suicidaire du Hamas (de boucliers humains qui n’ont souvent rien demandés, ndlr) sont réunis dans son domaine préféré : la barbarie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *