L’Europe, Federica Mogherini et consorts: une fâcheuse bande d’hypocrites ?

Abordons objectivement un sujet fâcheux. Fâcheux pour les Européens en premier lieu, car il leur permet de revenir 60-70 ans en arrière, au firmament de leur haine antijuive. Fâcheux aussi et surtout pour les membres de l’Union Européenne ensuite, car il cristallise le summum de l’hypocrisie politique que cette union est capable de générer. Et fâcheux pour les sans-papiers ou résidents étrangers vivant en Judée-Samarie, dans le Golan et à Jérusalem-Est (ces derniers sont nommés Palestiniens ou Réfugiés par les médias. Il existe pourtant des palestiniens Israéliens, Irakiens, Égyptiens, Libanais, Jordaniens, ou sans nationalité. Il faut donc bien nommer ceux qui ne sont pas de nationalité Israélienne et qui vivent en Israël).

Pourquoi est-ce que l’étiquetage des produits importés fabriqués en Judée-Samarie, sur le plateau du Golan, et à Jérusalem-Est est-il si fâcheux ?

En premier lieu car il rappelle les périodes les plus sombres de l’histoire antisémite Européenne.

A cette époque, l’interdiction des produits des juifs a aussi commencé comme cela : un boycotte et un étiquetage des commerçants juifs. Mais à présent on nous dit : « Nous ne sommes pas antisémites, nous ne ciblons que les colonies israéliennes ». Oui, ça, c’est maintenant. Mais si la tendance se poursuit, on va bientôt interdire aux magasins Cachers de la porte de Vincennes de vendre leurs produits sous prétexte qu’ils nuisent à l’ordre publique. Vous l’aurez compris, lorsque l’on commence à monter une marche, on termine l’escalier. D’autant plus que le processus est clairement antisémite : ils vont ajouter une étiquette aux produits qui sont produits par des juifs !

Bref, l’avenir des juifs en Europe est-donc clairement menacé, à moyen terme, par ceux qui soi-disant défendent la communauté juive en prétextant que tout ira bien. Non, l’avenir des juifs en Europe, des juifs pratiquants comme ceux qui ne le sont pas, ne sera pas meilleur demain. Et pour être objectif, et faire avaler la pilule, il va falloir étiqueter les produits des « colonies israéliennes » produits par des arabes (israéliens ou non) au même titre que les autorités s’empressent de pointer du doigt les produits juifs. Ils ne le feront pas et l’Europe mettra les deux pieds dans l’antisémitisme politique, méthodique et organisé des années trente. Et c’est fâcheux.

En second lieu, cet étiquetage n’est rien d’autre qu’un acte d’une profonde hypocrisie des politiques européens par rapport à la réalité et à l’objectivité de la situation actuelle.

Car c’est bien d’objectivité et de logique dans le cadre géopolitique actuel dont nous allons parler. Partons de l’hypothèse optimiste que les Européens veulent étiqueter les produits de Judée-Samarie, du Golan Israélien et de Jérusalem-Est uniquement car il s’agit de colonies illégales. Au même titre, Mayotte, les Comores, le Sahara Occidental, la Crimée, la Corse, le Pays Basque, le Comté de Nice, l’Alsace-Lorraine ou la Chypre Turc et nous en passons des dizaines d’autres, sont des colonies illégales (comme la Judée-Samarie, le Golan et Jérusalem-Est, ces colonies sont le résultat d’une guerre ou d’une compensation à la suite d’une guerre).

De plus, il important de comprendre que l’Histoire, c’est l’Histoire, que ce n’est pas la fréquence des condamnations de la subjective ONU, ou d’autres organisations tout aussi anti-israéliennes, qui refera l’Histoire.

Donc, si l’Europe est logique et objective, elle devra aussi étiqueté les produits provenant de Mayotte, des Comores, du Sahara Occidental, de la Crimée, de la Corse, du Pays Basque, du Comté de Nice, d’Alsace-Lorraine ou de la Chypre Turc tout comme elle étiquettera les produits provenant de la Judée-Samarie, de Jérusalem-Est et du plateau du Golan Israélien, qui sont bien plus légales aux yeux du droit international que les colonies citées ci-avant (et ne parlez pas d’apartheid ou d’une population soumise à un occupant car en plus d’être fausse, cette assertion est contredite par les banlieues parisiennes, parmi d’autres exemples). L’Union Européenne ne la fera pas, et c’est fâcheux.

Et enfin, en troisième et dernier lieu, cet étiquetage nuira d’abord et avant tout aux sans-papiers ou résidents étrangers (désignation objective, expliquée ci-avant, définissant les non-israéliens vivant en Israël. Si cela vous choc, ré-adoptez le narratif des médias, mais sachez au moins qu’il est erroné) vivant en Judée-Samarie, à Jérusalem-Est et dans le Golan Israélien.

Car la plupart des entreprises « ciblées » par cette proposition de loi européenne antisémite, qui sont donc détenus par des juifs et situés en Judée-Samarie, dans le Golan Israélien et à Jérusalem-Est, emploient en majorité des sans-papiers ou des résident étrangers. Cela provoquera donc encore plus de chômage et de détresse au sein d’une population financée par de généreux dons internationaux, essentiellement européens et américains. Il s’agit donc d’une mesure contre-productive pour les contribuables européens et américains, déjà eux aussi, dans une certaine mesure, en détresse et surimposés, qui devront encore une fois de plus régler la note salée de cette discrimination antisémite. Fâcheux n’est-il pas ?

En conclusion, cette décision, qui sera surement prise, sera fâcheuse. Mais croyez-vous que les juifs se laisseront faire ? Croyez-vous sincèrement qu’une telle mesure n’est pas contournable ? Pensez-vous honnêtement que l’Union Européenne s’arrêtera à cette mesure ? Si vous répondez oui, vous êtes naïf. Si vous répondez-non, qu’attendez-vous pour réagir et réclamer plus d’objectivité de la part de votre gouvernement ? Des élites subjectives et hypocrites qui profitent de vous et de vos impôts à mauvais escient ?

Qu’attendez-vous pour demander des comptes à cette fâcheuse bande d’hypocrites ?

Par la rédaction d’Objectivite.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *