Les erreurs de PlanèteNonViolence.org

Le site internet « Planète Non Violence » commence l’année 2010 par un article au titre provocateur: « Les Dix Pires Erreurs D’Israël Durant Cette Décennie, Dix Pas De Plus Vers La Fin Proche Du Régime Sioniste »

Programmer la fin d’un état ne serait-il pas déjà une forme de violence ? Passons. L’article continue ainsi:

« Pendant toute cette dernière décennie, Israël, soutenu activement ou passivement par la communauté internationale s’est imaginé pouvoir s’en sortir en commettant les pires atrocités. Pourtant, le régime sioniste est aux abois, l’opinion publique internationale le considère désormais comme un état voyou illégitime issu d’un colonialisme dépassé injustifié qui pratique l’une des pires formes d’apartheid de l’histoire. En commettant ces erreurs impardonnables Israël se raye lui-même à terme des pages de l’histoire. »

Faudrait-il expliquer ou rappeler aux rédacteurs de ce site, en fait violent, que l’apartheid se définit ainsi:

Apartheid (« vivre à part » en afrikaans) est un terme qui désigne initialement l’apartheid en Afrique du Sud, une politique de lois de séparation raciale appliquées en Afrique du Sud entre 1948 et 1991 et qui avaient notamment instituées au niveau national la discrimination raciale entre blancs, noirs, métis et indiens et créé des bantoustans sur des critères ethniques. Cette politique a été appliquée en Afrique du Sud et dans le Sud-Ouest africain (1959-1979), alors sous tutelle sud-africaine.

Le terme s’est ensuite répandu pour désigner le crime d’apartheid, défini par les Nations-Unies en 1973, qui vise à condamner les politiques institutionnalisées de ségrégation et de séparation ethnique ou raciale au sein d’un même État.

Selon cette définition, et en rapport à la réalité de la situation, ces rédacteurs (verbalement) violents oublient qu’Israël à toujours accepté et défendu des êtres humains non-juifs en Israël (et que ceci est écrit noir sur blanc dans la déclaration d’indépendance et dans la constitution de l’État d’Israël), mais que des êtres humains non-musulmans ne sont pas acceptés et défendus en Judée Samarie et à Gaza parce qu’ils sont juifs. Mais les soi-disant palestiniens, comme ils se font appelé, au mépris de l’histoire, ne sont pas les seuls fautifs. L’antisémitisme institutionnalisé et l’apartheid sont monnaie courante dans les pays suivants: Yémen, Somalie, Dubaï, EAU, Jordanie, Égypte, Qatar, Arabie Saoudite, Algérie, Suède, Soudan, Libye, Koweït, Iran, Irak, Syrie, Liban etc…

Alors pourquoi Israël est toujours montré du doigt alors que les politiques institutionnalisées de ségrégation sont menées par une multitude d’états dont Israël ne fait pas partie ?

Selon le site PlanèteNonViolence.org, voici les « pires erreurs » qu’Israël aurait commis:

1.Le blocus de Gaza – l’objectif déclaré par Israël de ce blocus c’était de saper le Hamas notamment en poussant les Palestiniens de Gaza à rejeter ses dirigeants politiques. La conséquence c’est que le blocus a concentré et intensifié la colère (lire terrorisme, ndlr) palestinienne contre Israël , accru la dépendance des Gazaouites à l’égard des organisations sociales du Hamas et saper le soutien palestinien pour le Fatah, qui à cause de sa collaboration implicite au blocus est désormais considéré comme ayant trahi la cause palestinienne et comme se comportant comme en valet d’Israël.

Réponse: faut-il oublier les raisons sous-jacente à l’établissement d’un tel blocus ? 9 années de roquettes tirées depuis la Bande de Gaza vers Israël ? Des millions de gens en danger, tant palestiniens qu’israéliens ? PlanèteNonViolence.org n’en a-t-elle que faire de la paix (non-violence) ?

2.Le blocus de Gaza – avait pour objectif de réduire la contrebande d’armes entrant dans la Bande de Gaza. Concrètement le système de tunnels mis en place a permis à la résistance (lire terrorisme, ndlr) palestinienne non seulement de se réapprovisionner mais aussi « d’importer » des armes plus sophistiquées à plus grande portée.

Réponse: Donc il ne faut pas réagir, et laisser faire ? PlanèteNonViolence.org ou Naïf.org ?

3.Le blocus de Gaza – aux yeux de l’opinion publique internationale cette punition collective monstrueuse – et le silence de la grande majorité des Israéliens à l’exception d’une poignée d’activistes anti occupation – a complètement réduit à zéro l’aura israélienne d’un pays agissant sur une base morale. La persistance du blocus de Gaza, avec pour conséquence l’incapacité des Gazaouites d’entreprendre quoi que ce soit pour reconstruire alors même que des milliards ont été promis à cet effet, le développement du chômage, le fait que des milliers de sans abris dont une majorité d’enfants vivent dans des conditions déplorables en plein hiver, ne fait que renforcer cette tache indélébile morale à la fois sur l’état d’Israël et sa population juive sioniste (antisémitisme de base car Israël n’est peuplé qu’à 75% de juifs et une majorité d’arabes israéliens ont cautionnés cette guerre, ndlr). Les dirigeants politiques israéliens ont poussé le vice et la méchanceté jusqu’à interdire l’entrée de fournitures scolaires de base les considérant comme des « menaces sécuritaires ».

Réponse: Où sont les preuves de telles assertions ? Pourquoi nos correspondants nous envois des photos et des vidéos certifiées attestant le contraire ? Des vidéos datées montrant clairement que le véritable blocus, du moins humanitaire, était/est plus du coté égyptien que du coté israélien. Et en parlant de « méchanceté », pourquoi ne pas citer les exactions du Hamas qui ne laissait/laisse pas sortir de la Bande de Gaza les blessés pour qu’ils aillent se faire soigner par des médecins israéliens ? Pourquoi ne pas mentionner la « méchanceté » du Hamas qui détourne les « milliards » d’aide envoyés à des fins terroriste (et donc violentes et méchantes !!!) au mépris des besoins de la population civile palestinienne ?

4.Le blocus de Gaza – a été présenté par le passé comme un moyen de pression pour que le Hamas libère le soldat de l’armée d’occupation israélienne (bel enchainement, ndlr), Gilad Shalit, fait prisonnier alors qu’il effectuait son service militaire en bombardant notamment la population de Gaza aux obus de mortier à l’UA. Non seulement il est encore prisonnier – tout comme les 10 000 prisonniers palestiniens qui croupissent dans les prisons israéliennes (pour avoir tué et effectué ou participé à des actes de terrorisme, ndlr), certains depuis plusieurs décennies, d’autres sans avoir été jugés, tous ayant été torturés y compris les femmes et les enfants – mais Israël se refuse à lever le blocus en échange de sa libération et pose des conditions telles dans l’échange de prisonniers qu’il y a peu de chance qu’il soit libéré en 2010. Le blocus de Gaza a aussi été justifié par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes. Hors il se trouve qu’à une certaine période ces tirs se sont multipliés. Une trêve avait été mise en place respectée par le Hamas mais Israël l’a rompu en Novembre 2008 et a ensuite lancé l’Opération Plomb Durci il y a un an achevant de ternir sa réputation dans l’opinion publique internationale qui n’est pas dupe et sait très bien qui est l’agresseur malgré les campagnes de propagande intensives menées dans la presse occidentale par le régime sioniste et ses agents d’influence qui y ont leurs entrées. (théorie du complot digne des meilleurs passages du Protocole des Sages de Sion, ndlr)

Réponse: la trêve n’a jamais été respecté par le Hamas, malgré toute la propagande pro-palestinienne sur le sujet, les faits et les preuves sont là.

5.Le blocus de Gaza – a provoqué des tensions entre les USA et Israël après la visite à Gaza du Sénateur John Kerry présidant le comité pour les affaires étrangères US, qui s’est dit choqué notamment par l’interdiction faite par Israël de faire entrer des pâtes dans Gaza. Même si ces tensions restent mineures à l’échelon gouvernemental, aux USA, la côte de popularité d’Israël – malgré les pressions du Lobby sioniste AIPAC et du nouveau Lobby, JStreet, une version plus « soft » d’AIPAC qui n’en a pas moins condamné le rapport Goldstone et travaille avec le même acharnement que son aîné à des sanctions contre l’Iran – a chuté, y compris chez les nouvelles générations de Juifs américains qui se détournent d’un pays qu’ils ne peuvent pas soutenir pour des raisons d’éthique.

Réponse: ceci est compréhensible à force de propagande que PlanèteNonViolence.org relaye avec un zèle intriguant.

6.Le blocus de Gaza – le fait que ce blocus ait complètement échoué à atteindre les objectifs fixés par les responsables politiques israéliens est une preuve supplémentaire que son véritable but est de punir la population civile palestinienne, un crime de guerre en droit international, ce que n’a pas manqué de dénoncer le rapport Goldstone.

Réponse: ce rapport dénonce aussi le crime de guerre du Hamas. De plus, à relire les conventions, force est de constater que chaque manœuvre israelienne était annoncée par l’armée israelienne pour minimiser les pertes civiles palestiniennes alors que le Hamas tirait à l’aveugle et indistinctement sur les civils israéliens (juifs et arabes d’ailleurs): le tir aveugle et le système de boucliers humains sont des crimes de guerre, ce que dénonce ce rapport Goldstone et que vous omettez de dire.

7.Le blocus de Gaza – fait que les responsables politiques et militaires israéliens sont maintenant menacés de poursuites devant la CPI pour violation des Conventions de Genève et autres règlements internationaux comme l’a noté en détails ce rapport Goldstone. Le paragraphe 1335 de ce rapport précise que « d’après les faits disponibles, la Mission pense que certaines actions du gouvernement d’Israël pourraient justifier qu’un tribunal conclue que des crimes contre l’humanité ont été commis ».

Réponse: ce qui est actuellement impossible car juridiquement et selon les conventions internationales, il n’y a pas eu de crime de guerre ni de crime contre l’humanité de la part d’Israël. Par contre, il est de plus en plus probable que le Hamas, outre le fait qu’il s’agisse d’une organisation terroriste, soit trainé en justice pour des crimes de guerre envers ses propres concitoyens et des ressortissants étrangers et pour des crimes contre l’humanité envers des membres du Fatah.

8.Le blocus de Gaza – ce blocus dirigé par Ehud Barak, ministre de la défense et son vice ministre, Matan Vilnai, tous deux appartenant au parti Travailliste, risque de provoquer l’écroulement complet de ce parti déjà mal en point et la transformation du régime sioniste en régime théocratique fasciste avec à terme de violentes tensions pouvant provoquer une implosion de la société israélienne.

Réponse: le parti travailliste israélien était en faillite bien avant le début de la guerre à Gaza. Le système politique israélien, calqué sur le système politique anglais, n’est pas stable et à terme, tout le monde s’accorde à dire qu’une reforme du système doit être opéré au risque d’un implosion, avec ou sans les rabbins de la « théocratie ».

9.Le blocus de Gaza – risque de déstabiliser le régime autoritaire de Moubarak en Égypte à cause de sa collaboration rapprochée avec Israël pour maintenir ce blocus voire le renforcer en acceptant la construction d’un mur souterrain de 30m de profondeur entre Gaza et l’Égypte, grâce à l’aide financière et d’ingénierie militaire des USA mais aussi d’ingénierie militaire de la France. A terme cela risque de fragiliser encore plus la relation Égypte Israël plutôt mal vue par une grande partie de la population égyptienne (et par les frères musulmans, ndlr), mettre à mal le traité de paix entre les deux pays, un mauvais point pour Israël, et favoriser un candidat égyptien moins conciliant pour succéder à Moubarak.

Réponse: ou l’inverse, et renforcer les relations Égypte Israël qui combattent des ennemis communs: le terrorisme, le Hamas, Al-Qaïda et les Frères Musulmans.

10.Le blocus de Gaza – corrompt la société israélienne car la grande majorité des Israéliens savent ce qui s’y passe ce qui est fait aux Palestiniens de Gaza et portent finalement la responsabilité pleine et entière des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis en leur nom par des représentants qu’ils ont élu. Ce blocus éloigne un nombre de plus en plus grand de Juifs vivant en dehors d’Israël même si beaucoup n’affichent pas publiquement leur répulsion pour ce que font les Israéliens aux Palestiniens. Cela ne les motivent pas à aller s’y installer. Hors le Sionisme (lire « Or le Sionisme », ndlr) ne peut survivre sans émigration d’autant plus que – constat d’échec pour le Sionisme- de plus en plus de jeunes israéliens vont s’installer à l’étranger.

Réponse: Si les jeunes israéliens vont s’installer à l’étranger, notamment aux USA, c’est parce que du nombreuses université américaines sont à la recherche de cerveaux israéliens, ce qui est plutôt une preuve de réussite. De plus, lorsque les jeunes partent d’Israël, ce n’est pas parce qu’ils sont « dégoutés d’Israël » comme vous le sous-entendez, mais simplement parce que des opportunités se présentent ailleurs et qu’il est parfois bon de les saisir. Enfin, la corruption n’est pas un fait de société dans la société israelienne, selon l’OCDE. Par contre, c’est un poignard dans la société palestinienne, avec des malversations financières à des fins terroristes fréquentes et un diktat du Hamas dans la bande de Gaza qui dessert la population civile qui n’adhère pas forcement à l’idéologie nazislamiste du Hamas et/ou du Fatah.


  • Facebook
  • Google Plus
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Digg
  • Blogger
  • Google
  • Email

1 comment for “Les erreurs de PlanèteNonViolence.org

  1. Tal
    3 janvier 2010 at 13 h 34 min

    Vous êtes plus royalistes que le roi.
    Cet article a été rédigé à partir d’un article de Bradley Burston publié le 31/12/09 sur le quotidien israélien haaretz http://haaretz.com/hasen/spages/1138809.html. Ce journaliste sioniste ne peut être accusé ni d’antisionisme c’est un sioniste convaincu qui défend Israël à longueur de colonnes de journal ni d’antisémitisme que vous mélangez sciemment avec l’antisionisme dans ce que l’on peut considérer comme du terrorisme intellectuel tout aussi condamnable que les autres formes de terrorisme.

    (Ce journaliste est un journaliste israélien dans l’un des journaux les plus à gauche d’Israël. Certes il est sioniste; mais votre propos montre votre méconnaissance des diverses formes de sionismes (religieux, culturel, laïc etc.) qui existent et vous postulez implicitement que sioniste est une essence condamnable en soi, qu’un sioniste ne peut être accusé d’être pro-arabe ou pro-palestinien et encore mieux humaniste. Or, nombres d’israéliens de gauche pro-palestiniens sont « sionistes » ou pour employer un mot moins connoté chez nous, pensent qu’il existe un droit, non exclusif, des juifs à posséder un État; ce qui, dans un monde normal, est la plus simple des aspirations. Il ne s’agit pas de défendre l’un des protagonistes contre l’autre à tout prix ou au mépris de l’objectivité et du bon sens comme vous le suggérez; en accusant ce journaliste de défendre Israël à longueur de journée, vous cédez au manichéisme que vous dénoncez, c’est paradoxal. Apporter un argument valide qui va à l’encontre de la vulgate bien pensante, n’est pas être à la solde du diable. Nous ne mélangeons rien sans le dire, ni sciemment ni inconsciemment: nous savons bien que le sionisme n’est pas le judaïsme dans son ensemble, qu’il n’en est qu’une formation qui date de l’exil de Babylone et de l’aspiration à retourner à Sion et plus récemment de Théodore Herzel, qui est tout ce qu’il avait d’antireligieux. Toutefois, ce que nous disons, c’est que l’antisionisme primaire, envers et contre tout, sans concessions, la diabolisation obsessionnelle d’Israël, juste parce qu’il est Israel, rejoue, emprunte aux topos antisémites les plus anciens et les plus évidents fut-il le fait de gens dits juifs (self-hating-jew, vous connaissez sans doute l’expression. Certains réussissent à être critiques envers le sionisme de l’intérieur, voire même à être antisionistes: mais c’est une idée qu’ils combattent, au nom souvent de la spécificité juive qui est d’être est de rester minorités parmi les nations étrangères, de ne pas se normaliser, ou de forcer le cours du destin messianique (c’est la position des orthodoxes anti-sionistes)), toutefois, personne ne voit des espions du mossad ou du shin beth, dans un délire paranoïaque, à tous les coins de rue. Et nous vous signalons, qu’accuser un média de propagande, de partialité et d’être à la solde d’une puissance étrangère est la façon la plus facile, et basse, de décrédibiliser ledit média, sans avoir besoin de répondre sur le fond. C’est exactement ainsi que l’Amérique maccartyste accusait les médias communistes d’être la 5e colonne, d’être espions de l’URSS, et qu’elle s’assurait ainsi un rejet par la population de ces nouvelles idées. Vous n’êtes peut être pas du côté que vous pensez., ndlr)

    Donc nos conseils :
    1 lisez la presse israélienne pour vous en inspirer car les israéliens sont plus critiques que vous à l’égard de leur état (Ne vous inquiétez pas de nos lectures, ndlr)
    2 en vous montrant plus royalistes que le roi vous desservez la cause que vous prétendez servir (le sionisme et cezrt) (Nous ne servons aucune cause sinon celle de la plus grande vérité, ou de la moindre fausseté, ndlr)
    3 arrêtez de vous servir du mot objectivité pour défendre une cause indéfendable éthiquement y compris si l’on respecte les règles de l’éthique juive (Celle de la Torah non détournées par cette bande de fanatiques colons messianiques installés en Palestine occupée)
    4 transmettez à vos maîtres du shin bet mossad et autre ministère des affaires étrangères israélien dirigé par un fasciste corrompu Lieberman qui vous paient que malgré toutes leurs opérations mafieuses basées sur la tromperie, la diffamation et autres méthodes inhumaines puantes le Judaïsme triomphera et le sionisme sera effacé du livre de l’histoire de l’humanité comme l’a été l’épisode messianique infâme de Shabtai Zvi. Qui se souvient de Shabtai Zvi ? (épisode messianique infame???? il a certes été l’un des faux messies qui a eu le plus de succès, si l’on exclue Jésus qui pour les juifs est un faux messie, mais il n’a été ni le premier, ni le dernier. Que serait un épisode messianique non infâme? un épisode messianique vrai????? Laissez nous rire. Si vous pensez que le sionisme, comme le faux messie, est une ruse de la Sitra Achra (l’autre côté) pour empêcher le vrai messie d’arriver, vous faites partie de ces gens qui pensent que toute action réelle dans le monde est une offense à la toute puissance divine, qui n’acceptez pas la nécessaire impureté qu’implique l’action dans l’Histoire, en bref de ceux qui sont beaucoup plus proches, sans le savoir, de la théologie musulmane asha’rite, que du judaïsme. Nous disons judaïsme pour reprendre votre expression unitaire; toutefois, une brève étude de l’histoire vous montrerait qu’il n’y a pas Le judaïsme, mais des courants du judaïsme, un courant rationaliste (Maimonide, puis plus récemment, la tradition lituanienne du Gaon de Vilna et du Rabbi Haym de Volozhyn) et un courant mystique ou irrationaliste (kabbale, hassidisme), et que même ces distinctions sont fluctuantes et non étanches. Nous vous rappelons également que cette promesse de destruction a déjà été brandie par les mitnagdim, opposants au hassidisme, contre le hassidisme, cf. l’excommunication du Hassidisme par le Gaon de Vilna, l’accusation contre Yonathan Eibeschutz par les rationalistes de faire partie en secret de sectes Sabbateiste etc. enfin, votre ignorance de la question est trop vaste pour être comblée en une réponse. Cordialement, nldr).
    Le Judaïsme a survécu au nazisme il survivra au sionisme.
    (C’est plutôt au sionisme de survivre face au nazislamisme, ndlr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *