Le cessez-le-feu plie à Gaza

Un soldat israélien a été tué lors d’un attentat terroriste près de la frontière entre l’État hébreu et la Bande de Gaza. «Nous riposterons», prévient le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak.

Alors même que George Mitchell, le nouvel émissaire des États-Unis, est en route pour le Proche-Orient pour tenter de relancer le processus de paix, les premiers incidents graves entre soldats israéliens et extrémistes palestiniens depuis l’instauration du cessez-le-feu se sont produits lundi matin à la frontière entre l’État hébreu et la bande de Gaza. Il ne s’agit pas d’un fait inédit puisque dans les heures qui avaient suivi l’annonce du cessez-le-feu par Ehoud Olmert, plusieurs roquettes s’étaient déjà abattues sur le territoire israélien, sans faire de victimes. Mais cet événement est un des plus grave depuis l’instauration du cessez-le-feu entre l’État d’Israël et le groupe terroriste Hamas, il y a dix jours.

En effet, l’armée israélienne a confirmé mardi qu’un de ses soldats avait été tué et trois autres blessés par une bombe posée par des terroristes palestiniens. L’information avait tout d’abord été révélée par les chaînes de télévision arabes al-Arabiya et al-Jezira.

Il s’agit de l’incident le plus grave depuis l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le 18 janvier.

Le ministre israélien de l’Intérieur, Ehoud Barak, a immédiatement déclaré que son pays «riposterait» à cette attaque. «C’est une attaque sérieuse. Nous ne pouvons l’accepter et nous riposterons», a déclaré le leader travailliste, selon un communiqué du ministère de la Défense. «Je ne pense pas qu’il soit approprié de dire comment», a-t-il ajouté.

2 comments for “Le cessez-le-feu plie à Gaza

  1. Christian Bitard
    27 janvier 2009 at 21 h 06 min

    Un acte est dit « terroriste » quand il vise exclusivement des civils, comme par exemple, la majorité des frappes israéliennes durant leur dernière guéguerre à Gaza, mais ici, l’attentat ne visait que des militaires, c’est-à-dire que l’on ne peut objectivement pas parler d’attentat terroriste, mon cher ndlr.

    (La définition de l’Encyclopédie Hachette vous contredit pourtant : Le terrorisme désigne soit des actes violents – sabotages, attentats, assassinats, prises d’otages… – commis pour des motifs politiques par des individus isolés ou organisés, soit un régime de violence créé et utilisé par un gouvernement qui cherche à conserver le pouvoir face à des ennemis intérieurs ou extérieurs. Cette définition colle parfaitement avec la réalité du Hamas, qui favorise et entretient ces « actes violents commis pour des motifs politiques par des individus isolés ou organisés » et qui met en place, selon les témoins palestiniens qui parlent librement, un « régime de violence créé et utilisé par un gouvernement qui cherche à conserver le pouvoir ». La violence maintenu par une idéologie pseudo-religieuse est en effet un puissant ciment social qui vise entre autre à maintenir une aile pseudo-politique du Hamas au pouvoir dans la Bande de Gaza. Pour finir, il faut rectifier votre remarque en enlevant la remarque-propagande comme quoi l’armée israelienne aurait visé « exclusivement » des civils dans la Bande de Gaza: elle est fausse et les preuves, tant palestiniennes que vidéos ne manque pas. Les nouvelles technologies de l’information surpasseront la propagande mensongère. Mais continuez « cher » ami, car comme J. Goebbels, ministre du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande sous le régime nazi (1933-1945), le disait: un mensonge répété 1000 fois reste un mensonge, un mensonge répété un million de fois devient une vérité, ndlr)

  2. Yaacov
    1 février 2009 at 1 h 46 min

    Christian Bitard ou plutôt Christian Bizard, pauvre de toi !!!!!

    Un jour viendra ou les musulmans vont vous tuer un à un en France et en Europe.

    Continuez à soutenir les arabes… (Pas tous les arabes ne sont comme vous le décrivez, et nous en voulons pour preuve la rédaction de ce site internet. Donc cessez ces généralités anti-arabes svp, cela devient vexant de justifier la non-généralisation des mauvais comportements, ndlr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *