Boycotter Israël = Conserver son Cancer, son Diabète, son Ostéoarthrite ?

Les effets secondaires de la chimiothérapie et des autres traitements du cancer peuvent être dévastateur pour le corps. Une recherche portant sur le système d’administration de médicaments, réalisée à l’université de Tel Aviv et basée sur des méthodes relevant de la nanotechnologie, redonne l’espoir au monde de l’oncologie.

Le nouveau système d’administration de médicaments développé par le Professeur Rimona Margalit du département de biochimie de l’université de Tel Aviv permet aux médicaments de cibler les cellules cancéreuses sans attaquer les cellules saines, ce qui permettra de réduire les effets secondaires de la chimiothérapie. Cette méthode est basée sur l’utilisation de minuscules bulles, visibles uniquement à travers un microscope et contenant une quantité concentrées de médicaments.

“Il s’agit d’une importante découverte pour l’administration des médicaments et le traitement du cancer”, affirme Professeur Margalit. Et d’ajouter : “La technologie des bulles peut également être utilisées pour les soins d’autres problèmes médicaux, comme le diabète, l’ostéoarthrite, les blessures et les maladies infectieuses. En vingt ans, ce système pourra être étendu à de nombreux domaines.”

Pour l’instant, les médicaments qui servent à traiter le cancer “se promènent” à travers le corps, administrant une puissante médication à toutes les cellules qu’ils rencontrent sur leur passage, les cancéreuses comme les saines. Lorsque les cellules saines sont endommagées par la médication inutile, le patient peut souffrir d’effets secondaires désagréables allant de la perte des cheveux à la nausée. Il y a également des risques pour la santé du patient, à cause du mal que font les médicaments au système immunitaire.

La nouvelle technologie, qui a commencée à être utilisée dans les thérapies contre le cancer et l’ostéoarthrite, a été récemment exposée dans les magasines scientifiques Nature Nanotechnology et Journal of Controlled Release. Cette technologie permet de placer le médicament contre le cancer dans des bulles si minuscules qu’il en tient des millions dans un simple centimètre. La surface des bulles contient un agent qui leur permet de faire la distinction entre les cellules cancéreuses et les cellules saines. Lorsque les bulles “reconnaissent” une cellule cancéreuse, elles libèrent le médicament à la cellule spécifique.

Non seulement, une plus grande quantité de médicament arrivent directement à la cellule cancéreuse, mais en plus les cellules saines continuent à fonctionner normalement.

Cette nouvelle technologie, expérimentée à l’université de Tel Aviv, fonctionne bien sur les animaux. Il s’agit maintenant de l’essayer sur les hommes. Toutefois, “c’est l’aspect financier qui retient encore son développement et non la science”, explique le Professeur Margalit.

Enfin, même s’il faudra encore plus de dix ans de tests cliniques, cette découverte prometteuse offre un nouvel espoir dans le domaine de l’oncologie. Alors, faut-il toujours boycotter Israël ? Si oui, mieux vaut être en bonne santé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *