Abbas s’engage à « libérer » la Palestine

Sans surprise et par consensus, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a été réélu à la tête du Fatah à l’occasion du Congrès du parti fondé par son prédécesseur Yasser Arafat.

Aucun vote n’a eu lieu, car personne d’autre n’était candidat contre Abbas. Des centaines de délégués ont applaudi et crié lorsque Tayib Abdul Rahim, un des dirigeants du parti, a annoncé qu’Abbas avait été désigné pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête du Fatah.

Techniquement, la direction du parti doit être remise en jeu tous les cinq ans, jusqu’à la tenue d’un nouveau Congrès. Mais c’était la première fois en 20 ans que se tenait une réunion des membres du mouvement, et il demeure difficile de savoir quand aura lieu la prochaine.

« Ce Congrès doit être un nouveau départ pour le Fatah », a déclaré Abbas, salué par un tonnerre d’applaudissements. « Au cours de notre histoire, nous avons eu de nombreux lancements, de nombreux revers. Parfois, nous avons été au bord de l’abîme, mais nous sommes toujours ressortis plus forts ».

Le Fatah a dominé sans conteste la vie politique palestinienne du temps de Yasser Arafat. Depuis qu’Abbas est aux commandes, le parti a été laminé par le Hamas aux élections législatives de 2006, puis le Mouvement de la résistance islamique a pris le pouvoir par la force dans la Bande de Gaza. Les territoires palestiniens sont coupés en deux politiquement et Abbas, qui n’a pas réussi à réconcilier les deux mouvances terroristes Fatah et Hamas, ne dirige que la Cisjordanie, où il a mené la répression contre les militants islamistes du Hamas.

La Sixième Assemblée générale du Fatah a également approuvé une résolution concernant Jérusalem. La ville fait « partie intégrante de la nation palestinienne et de notre entité politique » a déclaré Abbas. Il a appelé Jérusalem, la « ligne rouge que personne ne pourra franchir » et a qualifié la ville de « capitale éternelle de la Palestine, des mondes chrétiens, islamique et arabe ».

« La ville attend que nous fassions des sacrifices pour elle et nous en ferons, jusqu’à ce que Jérusalem retourne entre les mains des Palestiniens, vide de tous colons et de toutes habitations étrangères » est-il stipulé dans la résolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *