Des manifestants violés dans les geôles iraniennes

Le candidat réformateur iranien Mehdi Karoubi a affirmé que des personnes arrêtées lors des manifestations de protestation contre les résultats de la présidentielle avaient été violées en détention, dans une lettre dont une copie a été obtenue aujourd’hui par l’AFP. « Un certain nombre de personnes arrêtées ont affirmé que des jeunes femmes avaient été sauvagement violées », a écrit M. Karoubi. « Des jeunes hommes ont également été sauvagement violés (…) et souffrent depuis lors de dépression et de sérieux problèmes psychologiques et physiques », a-t-il ajouté.

Cette lettre a été adressée le 29 juillet à l’ex-président Akbar Hachémi Rafsandjani, qui dirige le Conseil de discernement du régime et l’Assemblée des experts, deux institutions clés du pouvoir iranien. M. Karoubi avait laissé un délai de 10 jours pour obtenir une réponse, faute de quoi elle serait rendue publique.

La lettre a été publiée sur le site internet Etemad Melli, avant qu’elle ne soit retirée.

Environ 2.000 personnes ont été arrêtées lors des manifestations qui ont suivi l’élection présidentielle du 12 juin, qui ont fait officiellement 30 morts. La plupart ont été libérées sous caution mais 200 personnes sont toujours derrière les barreaux. Les autorités ont également organisé un procès contre au moins 110 personnes. Les autorités ont également reconnu que plusieurs détenus étaient morts en prison, en ajoutant toutefois que ces décès étaient dus à un virus et non à cause des coups et blessure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *