120 roquettes aveugles tirées sur Israël

Depuis la fin de l’opération « Plomb Durci » menée par Israël à l’encontre du mouvement terroriste Hamas afin de mettre fin aux tirs incessant de roquettes depuis Gaza en territoire israélien, les habitants du sud d’Israël (1,6 millions d’habitants) vivent toujours dans le danger.

Malgré l’opération de représailles israélienne souvent qualifiée par les médias arabes de disproportionnée, les tirs de roquettes aveugles continuent à l’encontre des civils israéliens. Ces roquettes sont illégales selon les conventions de Genève, et constituent par la même un crime de guerre flagrant: en effet, ces roquettes tombent aveuglement sur des civils.

Poussant le paroxysme à son summum, l’Iran a demandé à Interpol l’arrestation de quinze Israéliens présentés comme des « criminels de guerre » ayant participé à l’intervention de Tsahal à Gaza en décembre, a annoncé le procureur de Téhéran, dont les propos étaient relayés dimanche par la télévision nationale.

La justice iranienne a établi une liste de 34 responsables militaires israéliens et 115 particuliers qu’elle accuse de « crimes de guerre, invasion, occupation, génocide et crimes contre l’humanité », alors que les roquettes aveugles, financées par l’Iran et la Syrie, continue de s’abattre sur 1,6 millions de civils israéliens, ce qui constitue un crime de guerre. Les attentats menés par le Hamas depuis plus de 20 ans à l’encontre de civils constituent quant à eux des crimes contre l’humanité car ils sont menés, selon la charte du Hamas, à l’encontre de ces civils uniquement parce qu’ils sont juifs. Ce génocide à l’encontre des populations civiles israéliennes n’a jamais été dénoncé ou condamné par l’Iran, alors de qui se moque-t-on ?

Aujourd’hui, deux roquettes ont été tirées vers le sud d’Israël par des Palestiniens, depuis le nord de la bande de Gaza, sans faire de victime. Une des roquettes a explosé dans un terrain vague au sud de la ville d’Ashkelon tandis que le deuxième engin a explosé dans la cour d’une maison en début de soirée dans la ville de Sdérot, provoquant quelques dégâts.

Auparavant, le premier ministre israélien sortant Ehud Olmert a déclaré qu’Israël entendait riposter « sévèrement » à la poursuite des tirs de roquettes contre son territoire à partir de la bande de Gaza.

Ces menaces ont été lancées à la veille d’une conférence des donateurs en Égypte, chargée de financer la reconstruction de la bande de Gaza où des quartiers entiers ont été dévastés par les bombardements israéliens.

Les tirs de roquettes ont eu lieu en dépit du cessez-le-feu entré en vigueur le 18 janvier ayant mis fin à l’offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza qui a fait plus de 1.300 morts selon les palestiniens. L’opération « plomb durci » avait pour but déclaré de mettre un terme aux tirs de roquettes et d’obus de mortier à partir de Gaza, mais plus d’une centaine de ces engins ont été tirés depuis la fin de l’opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *