Les trois mythes palestiniens enfin exposés à l’ONU !

Discours de Mr Ron Prosor, Ambassadeur de l’Etat d’Israël à l’ONU, devant le Conseil de Sécurité, le 24 avril 2012. Ce qui suit n’est qu’une partie du discours.

Mythe numéro un
Le conflit israélo-palestinien est le conflit central du Moyen-Orient. Si vous résolvez ce conflit, vous résolvez tous les autres conflits de la région.

Ne vous méprenez pas: il est important pour Israël et les Palestiniens de résoudre notre conflit de longue date pour ses propres mérites. Pourtant, la vérité est que les conflits en Syrie, Yémen, Egypte, Bahreïn, et dans de nombreuses autres parties du Moyen-Orient n’ont absolument rien à voir avec Israël.

Il est évident que la résolution du conflit israélo-palestinien ne sera pas fin à la persécution des minorités dans la région, ne mettra pas fin à l’assujettissement des femmes, ou sera le signe d’une guérison des divisions sectaires. L’obsession d’Israël n’a pas empêché les tanks d’Assad d’écraser des communautés entières. Au contraire, il a seulement détourné l’attention de ses crimes.

Ce débat – même ce matin – a perdu tout sens des proportions. Des milliers de personnes sont tués en Syrie, des centaines au Yémen, des dizaines en Irak, et pourtant, ce débat est à nouveau et pour la énième fois en train de se concentrer sur les actions légitimes du gouvernement de la seule démocratie au Moyen-Orient.

Et dédier la majorité de ce débat au conflit israélo-palestinien, mois après mois, après mois encore, n’a pas fait cessé les centrifugeuses du régime iranien. Les ambitions de l’Iran pour des armes nucléaires sont la plus grande menace pour le Moyen-Orient, et pour le monde entier.

Le programme nucléaire iranien continue d’avancer à la vitesse d’un train express. Les efforts de la communauté internationale pour y mettre un terme se déplacent au rythme du train local, en s’arrêtant à chaque arrêt pour laisser monter ou descendre certaines nations. Le danger de l’inaction est clair. Nous ne pouvons pas laisser la voie diplomatique fournir un autre moyen au régime iranien pour gagner plus de temps, car il se rapproche de plus en plus d’une arme nucléaire.

Mythe numéro deux
Il y a une crise humanitaire dans la bande de Gaza.

En fait, de nombreuses organisations internationales ont dit clairement qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza, y compris le chef adjoint du Bureau de la Croix-Rouge dans la région.

Le PIB réel de Gaza a augmenté de plus de 25% au cours des trois premiers trimestres de 2011. Les exportations sont en pleine expansion. Les projets humanitaires internationaux progressent à un rythme rapide.

Il n’y a pas un seul bien civils qui ne puisse pas entrer à Gaza aujourd’hui. Pourtant, alors que l’aide continue, les missiles volent sur nos têtes. C’est la crise à Gaza. Et c’est ce qui empêche la bande de Gaza de réaliser son potentiel réel.

Il s’agit d’une simple équation. Si le calme règne en Israël, le calme règnera dans la bande de Gaza. Mais les habitants de Gaza seront confrontés à des difficultés aussi longtemps que les terroristes les utiliseront comme des boucliers humains aux pluies de roquettes sur nos villes israéliennes du sud.

Chaque roquette tirée depuis la bande de Gaza est armé d’une ogive capable de provoquer un tremblement de terre politique qui s’étend bien au-delà des frontières d’Israël. Cela ne prendra qu’une roquette qui atterrit au mauvais endroit au mauvais moment pour changer l’équation sur le terrain. Si cela se produit, les dirigeants d’Israël seront obligés de répondre d’une manière complètement différente.

Il est temps pour tous, dans cette salle, d’enfin se réveiller face à cette réalité dangereuse. Le Conseil de sécurité n’a pas condamné la moindre attaque à la roquette de Gaza. Les leçons de l’histoire sont claires. Le silence d’aujourd’hui est la tragédie de demain.

Mythe numéro trois
Les implantations juives sont le principal obstacle à la paix.

Combien de fois avons-nous entendu cet argument dans cette salle ?

Ce mois-ci, le Conseil des Droits de l’Homme a proposé un autre mission « factuelle » pour Israël. Il explorera… surprise… surprise … les implantations israéliennes.

Aujourd’hui, je voudrais permettre au Conseil des Droits de l’Homme et à la communauté internationale d’économiser du temps et de l’énergie.

Les faits sont là. Ils sont simples.

Le fait est que à partir de 1948 jusqu’en 1967, la Judée-Samarie faisait partie de la Jordanie, et la bande de Gaza appartenait à l’Egypte. Le monde arabe n’a rien fait – il n’a pas lever le petit doigt pour créer un Etat palestinien. Et il a cherché l’anéantissement d’Israël alors qu’il n’existait pas une seule implantation israélienne dans toute la Judée-Samarie où à Gaza.

Le fait est que, en 2005, quand j’étais le directeur-général du ministère israélien des Affaires étrangères, nous avons évacué toutes les implantations de Gaza et seulement obtenu des roquettes sur nos villes en échange.

Le fait est que ce gouvernement israélien a mis en place un précédent historique, un moratoire de dix mois sur les constructions. La direction palestinienne a utilisé le geste comme une occasion d’emmener Israël et la communauté internationale vers nulle part. Pendant neuf de ces dix mois, ils ont rejeté le moratoire comme insuffisant – et ont ensuite demandé que nous l’étendions. Comme l’ancien envoyé spécial des États-Unis, George Mitchell, l’a déclaré: «ce qui avait été inutile quelques mois plus tôt est devenu indispensable pour la poursuite des négociations … [pour les Palestiniens]. »

Madame la Présidente,

Le principal obstacle à la paix n’est pas les implantations juives. Le principal obstacle à la paix est le soi-disant «droit au retour» – et le refus de l’Autorité Palestinienne de reconnaître le droit d’Israël à exister en tant que nation-Etat du peuple juif.

Vous n’entendrez jamais les dirigeants palestiniens dire « deux Etats pour deux peuples ». Vous ne les entendrez jamais dire « deux Etats pour deux peuples » car aujourd’hui, la direction palestinienne appelle à un Etat palestinien indépendant, mais insiste pour que son peuple retourne dans l’Etat Juif. Cela signifierait la destruction d’Israël.

Certains d’entre vous pourraient dire, « Oh ambassadeur, mais les Palestiniens savent qu’ils vont devoir renoncer à cette prétention, c’est ce qu’ils chuchotent tranquillement à la table des négociations. »

Mesdames et Messieurs – la direction palestinienne n’a jamais, jamais dit publiquement qu’ils abandonneront le soi-disant « droit au retour» – ni au peuple palestinien, ni dans le monde arabe, ni à la communauté internationale, ou à quelqu’un d’autre .

Depuis que la direction palestinienne refuse de dire au peuple palestinien la vérité, la communauté internationale a la responsabilité et le devoir de leur dire la vérité. Vous avez le devoir de vous lever et dire que le soi-disant « droit au retour » est un non-commencement.

Au lieu de dire au peuple palestinien la vérité, une grande partie de la communauté internationale est au ralenti alors que le monde arabe tente d’effacer le lien historique du peuple juif avec la Terre d’Israël.

Partout dans le monde arabe – et même à cette table – vous entendez des revendications qu’Israël « judaïse Jérusalem ». Ces accusations viennent environ 3.000 ans trop tard. C’est comme accuser la NBA d’américaniser le basket-ball.

Comme de nombreux pays autour de cette table, le peuple juif a une fière tradition de vieux rois et des reines. C’est juste que notre tradition remonte à quelques années plus tôt. Depuis que le roi David posa la première pierre de son palais au 10ème siècle avant JC, Jérusalem a été le cœur de notre foi.

Débat après débat, les orateurs siègent au Conseil de sécurité et disent qu’Israël commet des «nettoyage ethnique» à Jérusalem, même si le pourcentage de résidents arabes de la ville a connu une croissance de 26% à 35% depuis 1967.

Les sites les plus sacrés de Jérusalem, la capitale éternelle du peuple juif, ont été interdits aux Juifs entre 1948 jusqu’en 1967. Tout le monde pouvait venir sur ces sites à l’exception des Juifs. Il n’y avait absolument pas de liberté de culte. Le monde n’a pas dit un mot sur la situation de Jérusalem à cette époque.

Depuis qu’Israël a unifié la ville, elle a prospéré sous les valeurs de tolérance et de liberté. Pour la première fois depuis des siècles, les lieux sacrés qui étaient autrefois bouclés le long des lignes religieuses sont maintenant ouvert en permanence pour le culte de tous les peuples. C’est un principe ancré dans nos valeurs, nos actions et nos lois.

Madame la Présidente,

Il y a une autre grande vérité que cette organisation a complètement ignoré depuis les 64 dernières années.

Dans toutes les pages que l’ONU a écrit au sujet du conflit israélo-palestinien, dans tous ses rapports et commissions d’enquête, et dans toutes les heures consacrées au débat sur le Moyen-Orient, il y a un grand récit. Ou – pour être plus précis – il y a plus de 850.000 histoires inédites.

Plus de 850.000 Juifs ont été déracinées de leurs foyers dans les pays arabes au cours des 64 dernières années. Ce sont des communautés dynamiques qui remontent à plus de 2.500 ans. Sur les rives du Tigre et l’Euphrate, le judaïsme babylonien produit un grand nombre de saints livres du judaïsme – et a prospéré pendant deux millénaires. Dans les grandes synagogues et les bibliothèques du Caire, les Juifs ont conservés les trésors intellectuels et scientifiques de l’Antiquité à la Renaissance. D’Alep en Syrie à Aden au Yémen jusqu’à Alexandrie en Egypte, les Juifs se distinguèrent comme quelques-uns des plus grands artistes, musiciens, hommes d’affaires, et écrivains.

Toutes ces communautés ont été anéanties. Les entreprises familiales séculaires et les propriétés ont été confisquées. Les quartiers juifs ont été détruits. Les pogroms, les synagogues pillées, les cimetières profanés et des milliers de morts.

Les pages que l’ONU a écrit au sujet des réfugiés palestiniens pourraient remplir les stades de football, mais pas une goutte d’encre a coulé sur les réfugiés juifs.

Sur plus de 1.088 résolutions de l’ONU sur le Moyen-Orient, vous ne trouverez pas une seule syllabe en ce qui concerne le déplacement des réfugiés juifs. Il y a eu plus de 172 résolutions consacrées exclusivement aux réfugiés palestiniens, mais pas une seule dédié aux réfugiés juifs. Les réfugiés palestiniens ont leur propre agence de l’ONU, leur programme d’information propre, et leur propre département au sein de l’Organisation des Nations Unies. Rien n’existe pour les réfugiés juifs. Le mot « double-standard » ne peut même pas commenter cette lacune.

Cet écart est très pratique pour certains dans cette salle mais il n’est pas juste. Le temps est venu pour l’ONU de mettre fin à sa complicité d’effacement de l’histoire de ces 850.000 personnes.

Le moment est également venu dans cette salle pour parler ouvertement du rôle du monde arabe dans le maintien des palestiniens en tant que réfugiés, depuis plus de six décennies.

Les Juifs des pays arabes sont venus dans des camps de réfugiés en Israël, qui ont finalement donné naissance à des villes rayonnantes. Les camps de réfugiés dans les pays arabes ont donné naissance à plus de réfugiés palestiniens.

Israël a accueilli ses réfugiés juifs, leur a donné la citoyenneté et a déverrouillé leur potentiel extraordinaire. Alors qu’ils amélioraient leurs niveaux dans notre société, nos réfugiés ont permis à Israël d’atteindre de nouveaux sommets.

Imaginez si les pays arabes avaient fait de même avec leurs réfugiés palestiniens. Au lieu de cela, ils ont perpétué cyniquement leur statut de réfugiés, de génération en génération. Partout dans le monde arabe, les Palestiniens se sont vu refuser la citoyenneté, les droits et les opportunités.

Tous ces éléments sont des faits qui doivent être ni oublié ni négligé, alors que nous cherchons à aller de l’avant sur le chemin de la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *