Iran, Fatah, même combat ?

Le Fatah est apparu en plein désarroi jeudi, alors qu’un nombre important de ses représentants ont critiqué la crédibilité des élections qui se sont tenues plus tôt dans la semaine pour la désignation du Comité central.

Les déclarations d’Ahmed Qurei, ou Abou Ala, ancien ministre de l’Autorité palestinienne, ont eu l’effet d’une bombe lorsqu’il a annoncé que les falsifications des dernières élections iraniennes n’étaient rien comparées à ce qui se déroule au sein du Fatah.

Qurei, qui n’a pas été réélu au Comité central, a déclaré qu’un mécontentement grandissant faisait rage au sein du Fatah concernant ses fraudes.

« Il y a de nombreux points d’interrogation en ce qui concerne les élections, la façon dont elles sont conduites et dont les votes sont comptés » a déclaré Qurei. « Il y a eu des arrangements sous la table, certains noms ont été enlevés, d’autres ajoutés en dernière minute… ».

Les membres du Haut comité du Fatah ont donc soumis leur démission, en protestation à ce qu’ils considèrent être « une fraude massive ». Des accusations particulièrement embarrassantes pour Abbas et le Fatah, dont les représentants à Gaza souffrent d’une baisse de crédibilité.

« Les responsables du Fatah dans la bande de Gaza ont rejeté les résultats du vote » a déclaré Ahmed Abou Nasr, un ancien officiel du mouvement. « Ces élections portent un coup dur à la réputation du Fatah ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *