Ce sont des gens normaux

La question des implantations peut se résoudre, le refus palestinien de reconnaitre Israël comme le foyer national du peuple juif, non. Tel est le message du Premier ministre israélien, Binyamin Netanyahou, au chef du gouvernement britannique, Gordon Brown.

Netanyahou veut modifier les idées-reçues sur le conflit israélo-palestinien. Selon lui, les implantations ne sont pas la cause première de l’impasse mais son résultat. Le conflit a des racines beaucoup plus anciennes.

Lors d’une rencontre avec les journalistes israéliens juste après la rencontre avec Brown, Netanyahou a assuré qu’il répèterait le même message à la chancelière allemande, Angela Merkel.

Les déclarations de Netanyahou interviennent à la veille d’une rencontre cruciale, mercredi matin, avec l’envoyé spécial américain au Proche-Orient, George Mitchell.

La teneur de l’entrevue n’est pas un mystère : le diplomate américain compte discuter davantage de la question des implantations que de celle de la reconnaissance palestinienne de l’État d’Israël comme foyer du peuple juif.

Lors de la conférence de presse organisée avec Gordon Brown, Netanyahou a indiqué que « l’objectif avec les États-Unis est de trouver une formule satisfaisante pour lancer le processus de paix tout en permettant aux habitants de ces localités de continuer de mener une vie normale ».

Près de 250.000 Juifs vivent au-delà de la Ligne verte. Ces derniers « ont des enfants qui vont à l’école. Ils ont besoin de crèches, de salles de classe, d’une maison. »

« C’est une chose très différente que d’exproprier des terres. Je le répète : nous n’allons pas prendre de nouvelles terres. »

Autre mise au point : Jérusalem ne doit pas être étudiée dans le même dossier que celui des implantations. « J’ai été très clair avec le président Obama. Jérusalem est la capitale souveraine de l’État d’Israël. »

En revanche, Netanyahou a été extrêmement vague sur la nature exacte de la « formule » à l’étude avec George Mitchell.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *