Quel con ce… Bernard Kouchner

Nouvelle saga dans objectivite.org contre l’obscurantisme et la subjectivité abjecte: la saga « Quel con ce… » (ou Quelle conne cette pour celles qui se sentent lésées 😉

Aujourd’hui, Bernard Kouchner nous éclaire de sa grande lucidité et choisi clairement son camp, y entrainant également le Quai d’Orsay et la politique étrangère Française, farouchement orientée.

A la veille de sa passation de pouvoir à Michèle Alliot Marie, le ministre des Affaires étrangères a remis les insignes d’officier de la Légion d’Honneur à Moustapha Barghouti, l’un des chefs de file de la campagne anti-israélienne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions illégale en France…

On a peine à la croire, mais cela fait l’objet d’un « zoom » sur le site du consulat de France à Jérusalem : le 15 novembre, c’est-à-dire le lendemain de l’annonce du remaniement ministériel le futur ancien ministre des Affaires étrangères française, Bernard Kouchner, remettait les insignes d’officier de la Légion d’Honneur à Moustapha Barghouti, son « confrère et grand ami de 25 ans ».

Les services consulaires fournissent une revue de presse palestinienne qui note : « Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a décoré le député médecin Moustapha Barghouti, secrétaire général de l’initiative nationale palestinienne, de la plus haute distinction française, la Légion d’honneur.

Cette décoration porte une valeur symbolique car elle survient le jour de la fête de l’indépendance de la Palestine (sic). La décoration a eu lieu à Paris au ministère des Affaires étrangères en présence du ministre et de plusieurs hauts responsables français ainsi que de plusieurs représentants de l’Ambassade de Palestine en France.(sic) »

On apprend ensuite que « Le ministre français a explicité les raisons qui ont poussé la France à accorder les insignes de la Légion d’honneur à Moustapha Barghouti. Parmi ces raisons, son travail dans le domaine de la santé, son parcours de résistant pour la liberté et l’indépendance de la Palestine ( ??? ) et son rôle pionnier dans l’établissement de l’initiative nationale palestinienne en faveur de la liberté, d’une paix juste, de la démocratie et de la justice sociale, [un mouvement qu’il a fondé avec d’autres personnalités palestiniennes comme Haidar Abdel-Shafi, Ibrahim Al-Daqqaq et Edward Wadie Saïd violemment anti-israélien ]. »

La réponse de Moustapha Barghouti est éloquente : « Pour Moustapha Barghouti, le choix du jour de sa décoration, qui coïncide avec la fête de l’indépendance de la Palestine, montre qu’il est temps que l’occupation se termine et d’établir l’Etat de Palestine sur les frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale. « Nous avons été amis durant 25 ans et vous avez accompagné notre lutte durant toutes ces années. Aujourd’hui, je vais emporter avec moi ces insignes en Palestine et à Jérusalem afin qu’ils se transforment en une pierre de plus dans le pont d’amitié exceptionnel qui lie Palestiniens et Français » a-t-il ajouté en s’adressant à Bernard Kouchner, avant de rappeler comment la France avait ouvert les portes de son centre culturel aux festivités de Jérusalem, Capitale culturelle du monde arabe, lorsque ces activités furent interdites par les Israéliens. [Le centre culturel Chateaubriand de la rue Salah Eddin affiche un programme à tonalité majoritairement anti-israélienne]

On appréciera…

Un chef de file de la campagne anti-israélienne Boycott, Désinvestissement et Sanctions

Le pire étant que Moustapha Barghouti est l’un des chefs de file de la campagne anti-israélienne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions. Une campagne qui est illégale en France et passible des tribunaux. Il proclame urbi et orbi que « l’apartheid » israélien est pire que ce que fut la ségrégation aux États-Unis et comparable à celle de l’Afrique du Sud et qu’il faut en finir avec « l’occupation. » Il caricature la situation, déforme, généralise, brandit le concept de « nettoyage ethnique », etc.

Il récuse, certes, l’utilisation de la violence physique mais préconise l’utilisation de pressions, de boycotts et sanctions visant à faire d’Israël un État paria et à mettre ses citoyens au banc de la société. Le mot « négociation » ne semble pas faire partie de son vocabulaire, pas plus que le mot « terrorisme » et il ne dit rien, bien entendu, de l’enseignement à la haine inhérent à tout le système palestinien.

Qu’il soit honoré ainsi à Paris confirme que la Légion d’Honneur d’aujourd’hui n’est plus qu’un hochet… mais cela illustre aussi parfaitement la position peu glorieuse de la France dans la région.

Eh oui, quel con ce Bernard Kouchner !

Par Desinfos.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *