Souvenir de 2007: Manifestation anti-Hamas

Par Fares Chahine, article paru dans El-Watan.

Manifestation anti-Hamas
Dans la bande de Ghaza, de semaine en semaine, la prière du vendredi se transforme en une autre scène où s’opposent le mouvement nationaliste Fatah, qui a perdu les rênes dans cette partie des territoires, au mouvement islamiste Hamas, qui a réussi par un coup de force au mois de juin 2007 à dominer totalement les infrastructures civiles et militaires relevant de l’autorité palestinienne.

Les partisans du Fatah, pour le deuxième vendredi consécutif, fuient les mosquées pour organiser des prières en plein air, malgré la chaleur torride. « Les mosquées deviennent un lieu de propagande à la faveur du mouvement Hamas et de ses dirigeants. Les prêches du vendredi sont désormais des discours pleins de haine et d’incitations au meurtre contre les fils du Fatah. Au lieu d’écouter des paroles unifiantes dans ces endroits saints, on n’écoute que des discours appelant à la division au point qu’on ne peut plus supporter. La solution est de se rassembler dans les grandes places en plein air, comme ça le Hamas se rendra compte que le Fatah est loin d’être mort et enterré », nous a déclaré Abou Ali, la quarantaine, un parmi des dizaines de milliers de partisans du Fatah ayant répondu à l’appel hier au lieudit place d’El Azhar, situe près de l’université portant le même nom, à l’ouest de la ville de Ghaza. La redoutable force exécutive avait renforcé sa présence dans les rues de Ghaza en prévision de ce grand rassemblement. La semaine dernière, après un rassemblement similaire à celui d’hier, une manifestation a dégénéré en jet de pierres de la part de jeunes sympathisants du Fatah et des coups de feu et des agressions musclées contre les journalistes qui couvraient l’événement ont été enregistrés. Le rassemblement d’hier qui était beaucoup plus grand en nombre de participants s’est terminé de la même manière. Des agressions brutales de la part des hommes du Hamas contre les jeunes manifestants en utilisant des armes à feu, des grenades et des matraques. Un journaliste français de la 5e chaîne a été atteint à la jambe par des éclats de grenades alors qu’un autre journaliste de l’agence palestinienne Wafa a été passé à tabac. Des villes comme Rafah et Khan Younès au sud ont vécu de semblables événements avec leur lot de blessés et de personnes arrêtées par les hommes du Hamas. Un bilan provisoire fait état de plus de 20 blessés et de dizaines d’arrestations. A vrai dire, les graves incidents d’hier sont une sonnette d’alarme, car il est impossible au peuple palestinien d’accepter un tel diktat sans réagir. Si cela se produit, le sang palestinien coulera à flot pour longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *