Quand Al-Quaïda sert les intérêts économiques d’Israël et des USA

Un acheteur non identifié d’Asie, où Al-Qaïda et les Talibans représentent une menace de plus en plus réelle, a provoqué une hausse de la production de véhicules blindés dans une usine de Galilée, en Israël, qui souffrait sévèrement de la crise économique au point qu’elle prévoyait de déposer le bilan.

L’acquéreur anonyme a commandé des centaines de jeeps Soufa (tempête) à l’usine des Industries automobiles d’Israël, basée à Nazareth, pour une valeur totale de dizaines de millions de dollars. La demande en véhicules blindés est due à l’amélioration des armes obtenues par les organisations terroristes, ce qui entraine une mise à niveau de la partie adverse. Cette course à l’armement sert évidement les intérêts économiques israéliens. Ce pays est en effet un des plus grand exportateurs d’armes High-Tech, notamment d’avions F15 et F16 améliorés mais aussi de blindées, automobile, drones ou encore de robots en tout genre (comme un « drone bateau » ou un « drone serpent », une sorte de drone terrestre qui rampe comme un serpent).

Ces véhicules de patrouilles tout-terrain blindés, commandés par cet importateur anonyme, offrent aux armées une arme stratégique contre les combattants de guérilla, dont les armes portables rendent souvent les gros tanks inefficaces. De nombreuses organisations terroristes sont armées de lance-roquettes antichars de type RPG-29, qui peuvent pénétrer les tanks et véhicules blindés construits il y a plusieurs années.

Les Industries automobiles d’Israël ont été fondées en 1966. Depuis, elles ont fabriqué 90 000 véhicules, dont des autocars, des camions, des ambulances et des jeeps, telle le 4×4 Soufa et une version blindée et améliorée du Hummer américain.

L’armée américaine est le plus gros client des firmes israéliennes de véhicules blindés. Parmi les autres fournisseurs, on compte le kibboutz SASA, qui a reçu la semaine dernière une commande d’un fabriquant automobile américain pour des kits de blindage pour une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars.

Une autre compagnie, appelée Arotech, produit le blindé ultra-léger David. Le carnet de commandes d’Arotech tourne autour d’une valeur de 42 millions de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *