Après le « Protocole des Sages de Sion », voici « La Mafia Juive »

Sans commentaire

Mafia Juive

Par Hervé Ryssen

Hervé Ryssen, né Hervé Lalin en 1967, est un auteur et militant nationaliste et antisémite français.

Biographie
Durant ses études d’histoire, au cours desquelles il consacre un mémoire de maîtrise à la guerre d’Espagne, Hervé Ryssen est militant anarchiste et fait partie de l’Organisation communiste libertaire (OCL). Ayant rejoint le Front national dans les années 1990, il milite au GUD alors qu’il prépare le CAPES d’histoire à la Sorbonne. Il aurait ensuite été professeur d’histoire pendant cinq ans dans l’Éducation nationale, avant de s’en faire exclure par un inspecteur académique, à la suite d’une plainte de parents d’élèves. Il se présente en 2003 comme « professeur au chômage ».

Au début des années 2000, il a ensuite été un des responsables parisiens d’Unité radicale et, après la dissolution de celui-ci, écrit dans Vox NR et Réfléchir & Agir. Il est également proche de Kémi Séba.

En 2002, il entarte le père Berger, curé « progressiste » de la Basilique Saint-Denis, qui avait favorisé l’occupation de la basilique par des étrangers en situation irrégulière, acte pour lequel il sera condamné à quatre mois de prison avec sursis.

Théories
À partir de 2005, Hervé Ryssen se fait connaître des milieux d’extrême droite par la publication de plusieurs ouvrages aux connotations antisémites. Dans le premier, Les Espérances planétariennes, il argumente la grande homogénéité des intellectuels juifs et les soubassements religieux du discours mondialiste (qu’il nomme « planétarien »). La « paix » sur Terre est la condition sine qua non à l’arrivée du Messie, dont le métissage et le communisme seraient les deux facettes. En 2007, il publie Le Fanatisme juif, une étude des courants de pensée contemporains tendant à dissoudre la société européenne traditionnelle (marxisme, mondialisme, féminisme, homosexualité, freudisme, freudo-marxisme, etc.).

Il dénonce également la traite des blanches dans l’État d’Israël et met en cause la faiblesse complice de la magistrature corrompue par les proxénètes, qui n’encourraient qu’une peine insignifiante. Il s’est également attaqué à la « mafia juive » qui, selon lui, serait la plus puissante du monde et serait impliquée dans le racket, le trafic d’armes, les meurtres sous contrat, le trafic de drogue, le proxénétisme, le blanchiment d’argent via des casinos, des discothèques et l’industrie pornographique, dans le kidnapping, les cambriolages, les vols à main armée, le trafic de diamants, le trafic d’œuvres d’art et l’escroquerie.

Dans son livre Psychanalyse du judaïsme, il établit un parallèle entre le judaïsme et la pathologie hystérique, relevant une tendance à l’histrionisme, la dépression, l’angoisse permanente, la paranoïa, l’introspection, l’égocentrisme, l’amnésie, la manipulation, la mythomanie, l’ambivalence identitaire, les délires prophétiques, l’inceste et l’ambiguité sexuelle.

Outre ses écrits sur le judaïsme, Hervé Ryssen s’est fortement opposé aux auteurs païens et pérennialistes, notamment Alain de Benoist, René Guénon et Julius Evola, dont il compare l’antichristianisme, leur fatalisme présumé et leur conception cyclique de l’histoire au « messianisme juif ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *