Ménage spirituel

L’Autorité palestinienne (AP) prévoit de congédier des dizaines de prédicateurs de Judée-Samarie. Leur tort : avoir exprimé leur solidarité envers les membres du Hamas à Gaza durant l’opération « Plomb durci » tout en critiquant l’AP et les gouvernements arabes modérés.

Jamal Bawatneh, le ministre des Affaires religieuses de l’Autorité palestinienne, a prévenu que son ministère amorcerait de « nombreux changements » qui affecteraient un grand nombre d’imams (guide spirituel dans la communauté islamique) de la région.

Le ministre les a accusés d’exploiter les mosquées pour promouvoir leur « programme personnel », contrairement aux réglementations du ministère. « Certains imams et précepteurs de mosquées abusent de la liberté qui leur a été accordée », accuse Bawatneh. « Ils pensaient que le ministère n’était pas au courant de leurs agissements. »

« Ceux qui veulent devenir célèbres et débiter de la propagande électorale doivent passer à la radio et à la télévision. Mais ils ne peuvent pas utiliser les mosquées. Nous ne leur permettrons pas d’y répandre leurs mensonges « , a-t-il ajouté.

Selon une source du ministère, les imams concernés ont exprimé leurs sympathie pour le Hamas pendant l’opération « Plomb durci » à Gaza. Certains ont même utilisé la prière du vendredi pour critiquer le président de l’AP, Mahmoud Abbas et d’autres dirigeants arabes, ainsi que leur échec à se confronter à Israël.

Ces dernières semaines, les forces de sécurité de l’AP ont arrêté plusieurs guides spirituels de Judée-Samarie suspectés d' »incitation [à la violence] » pendant la guerre. Ils sont aussi accusés d’appartenir à une organisation illégale, c’est-à-dire le Hamas.

Au moins trois imams de Ramallah ont été récemment arrêtés par les forces d’Abbas.

L’état de santé d’un quatrième, Jawad al-Natsheh de Hébron, se serait dégradé après une incarcération de trois semaines dans une prison de l’AP. D’après sa famille, l’imam aurait été torturé pour avoir soutenu le mouvement terroriste à Gaza.

Par ailleurs, les dirigeants du Hamas et du Fatah tentent actuellement de mettre fin à leurs différends et de former un gouvernement d’union nationale. Dans cet objectif, les deux parties ont entamé des pourparlers de réconciliation la semaine passée au Caire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *